Publi News – En forte croissance ces cinq dernières années, Auriga se tourne vers les solutions en libre-service

Publi News – En forte croissance ces cinq dernières années, Auriga se tourne vers les solutions en libre-service

développement du libre-service
L’éditeur italien Auriga, fournisseur de solutions logicielles propriétaires et d’applications destinées à la banque omnicanal, a doublé son chiffre d’affaire et son nombre de collaborateurs au cours des cinq dernières années. L’entreprise compte, à ce jour, plus de 250 collaborateurs. Elle est présente avec son logiciel sur 67% des distributeurs automatiques italiens (plus de 33 000) et compte plus d’un million d’utilisateurs dans le domaine de la banque virtuelle (banque sur Internet et banque mobile).
Stimulé par un chiffre d’affaires en constante progression sur son marché d’origine en Italie et en Europe de l’Ouest où Auriga occupe 12% de part de marché, le groupe affiche de fortes ambitions à l’international. La solution WinWebServer (WWS), suite logicielle qui intègre les différents canaux de distribution de la banque de détail a déjà fait ses preuves dans les 4 pays d’Europe où Auriga est implanté. Le Groupe compte de nombreuses références prestigieuses parmi les institutions financières. La France, où Auriga a ouvert sa filiale en 2013, est également en constante croissance.
« Ce sont nos investissements croissants en R&D et notre capacité à identifier les bons profils pour faire avancer Auriga qui nous ont permis d’offrir des solutions à la pointe de l’innovation et de séduire le monde bancaire »explique Vincenzo Fiore, Pdg d’Auriga.
Parmi les dernières initiatives de l’éditeur, son engagement dans le développement du libre service répond aux évolutions récentes des agences puisque 51% des banques se disent prêtes à investir dans ces nouvelles solutions. Développement des guichets automatiques, des centres d’appels, gestion de compte en ligne et services bancaires mobiles sont autant d’outils développés par les institutions financières pour faciliter l’accès aux opérations bancaires courantes. Et cette tendance tend à se confirmer face au succès rencontré plus particulièrement par les canaux digitaux.
Pour répondre aux exigences sans cesse croissantes de la clientèle, les avancées technologiques ont considérablement modifié le rôle des distributeurs de billets mono fonction d’antan. En effet, grâce aux améliorations matérielles mais aussi et surtout aux évolutions logicielles qui facilitent l’innovation, ils sont devenus progressivement des fournisseurs de solutions bancaires multi-services.
Ainsi, selon l’étude 2017 ATM and Self-Service Software Trends, réalisée par ATM Marketplace, plus de la moitié des banques interrogées (56%) ont exprimé le souhait d’augmenter leur parc d’automates bancaires d’ici 2020 tandis que 9% seulement prévoient de le diminuer. 35% n’ont pas l’intention de le faire évoluer. Elles sont cependant 34% à prévoir à court terme une réduction du nombre de leurs agences alors que 31% prévoient de l’augmenter.
51% des banques affichent comme priorité l’augmentation de l’utilisation du libre-service et la diminution du nombre de transactions effectuées au guichet en agence. Elles sont cependant conscientes de l’investissement financier et de l’entretien que cela représentent pour mettre à jour leur système.
Ce premier objectif s’accompagne de la volonté d’améliorer la disponibilité du service sur automates pour 28% des banques interrogées mais également d’un souhait de réduction des coûts opérationnels pour 38% d’entre elles.
Sur le fond, comme le précise, Thierry Crespel, Responsable Commercial EMEA Francophone d’Auriga, il s’agit « d’améliorer encore plus l’expérience client » comme l’ont exprimé 40% des sondés. « Cette année a été une année charnière pour le distributeur de billets qui vient de fêter ses 50 ans et qui est encore actuellement à l’aube de grandes évolutions. En effet, selon l’étude que nous avons réalisée en partenariat avec OpinionWay, 95% des Français souhaitent voir apparaitre de nouveaux services sur ce canal. »

 

Article original

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comments are closed.