M-wallets : au-delà des projets pilotes

M-wallets : au-delà des projets pilotes

Les m-wallets deviendraient d'ici 2020 le mode préféré de paiements numériques en magasin selon une étude réalisée par Internet & American Life Project et Elon University. Les partisans de la technologie des smartphones ne manquent pas de souligner que ce mode de paiement simplifie les transactions, les programmes de fidélisation, les systèmes de couponing et autres incitations, tant pour les institutions financières que pour les commerçants et les consommateurs. CABEL, l'émetteur de cartes, d’origine italienne, convient que ce scénario est parfaitement plausible et a ainsi déjà déployé la solution de m-wallet PlainPay d'Auriga au sein de sa stratégie de développement de solutions de paiement mobile. CABEL est par ailleurs en discussion avec différents acteurs du marché des paiements : qu’ils s’agissent des banques, processeurs, prestataires de services de paiement, commerçants, mais surtout des consommateurs. Si l'on souhaite que les paiements mobiles aillent au bout de leur potentiel, il est nécessaire d'obtenir l'adhésion complète de l’ensemble des acteurs, et CABEL s'engage à contribuer dans ce sens.
Les paiements mobiles pourraient potentiellement faire croître substantiellement le nombre de transactions électroniques et améliorer l'accessibilité des services bancaires. Ceci aura bien entendu un effet bénéfique sur l'ensemble de la chaîne de paiement et notamment une réduction des paiements illégaux, une réduction des espèces et des coûts et risques  associés à la gestion des espèces, ainsi qu’une plus grande satisfaction et fidélité de la part des clients.
« Le m-wallet a de véritables chances de succès en Italie. Les cartes de retrait et de crédit n'ont remporté qu'un succès partiel et bon nombre de personnes évitent les options de paiement électronique par méfiance, manque de familiarité ou préjugés à leur égard. En travaillant avec nos partenaires du secteur, nous sommes certains de trouver une formule gagnante pour faire la différence et promouvoir la diffusion des solutions de m-wallets», explique Fabio Giuliani, PDG de CABEL.

Le défi
L'absence de normes de conformité ou certification explique l'existence de plusieurs technologies de m-wallets différentes. Le fait qu'un client ait installé un wallet sur un appareil mobile ne signifie pas forcément que l’acteur final dispose de la technologie permettant d'assurer la synchronisation avec ce téléchargement. Si les deux technologies ne correspondent pas, le client ne peut utiliser son m-wallet dans la réalité en question.
D'un point de vue matériel, les différents wallets électroniques nécessitent également des composants divers et variés. Certains nécessitent un TPE sur le point de vente ; le consommateur doit alors approcher le téléphone mobile du matériel en question pour effectuer un achat. Dans ce cas, les commerçants utilisent la technologie NFC, permettant d'effectuer des paiements sans contact ou presque. D'autres ont recours à la technologie des QR codes que les employés du magasin scannent pour confirmer la transaction. Certains systèmes de paiement adoptent l'approche contraire et demandent aux clients de scanner un QR code produit par le commerçant. Ces différents modes d'utilisation représentent une source de confusion supplémentaire sur le marché.
Quel que soit la façon dont la transaction se déroule, les consommateurs utilisent généralement les m-wallets pour sauvegarder des informations personnelles associées à une ou plusieurs cartes de retrait ou de crédit. Un code PIN doit être saisi avant de confirmer toute transaction, ce qui protège les informations relatives à la carte de paiement. Plus récemment, une nouvelle innovation est venue soutenir les paiements directement à partir des comptes courants, éliminant ainsi la nécessité de produire une carte de paiement pour le compte en question. Cette nouvelle initiative a le potentiel de révolutionner les modèles commerciaux relatifs aux paiements mobiles et pourrait offrir la motivation manquant aux commerçants pour les pousser à adopter en masse cette technologie.

Perspectives d’avenir
Comme pour toute nouvelle technologie, le développement des normes fait partie intégrante du processus conduisant à une acceptation générale de la technologie. Les normes relatives aux m-wallets n'ont pas encore atteint le seuil requis pour éliminer toute confusion lors de leur lancement sur le marché. Il s'agit d'une barrière que les organisations souhaitant adopter pleinement cette technologie doivent dépasser. Du matériel aux coûts, en passant par la mise en œuvre, il n'existe à l'heure actuelle aucun ensemble de règles standardisées auxquelles les organisations peuvent se référer pour avoir une idée raisonnable de l'impact de la technologie et les bénéfices qui y sont associés. « À l'heure actuelle, le secteur a cruellement besoin de standardiser la technologie ou de produire des lignes directrices claires sur les solutions de m-wallets » explique Henry Helgeson, PDG de Merchant Warehouse, une société de solutions de traitement des cartes de crédit. « Le règlement des conflits est un aspect important dans le contexte des paiements, et la mise en place d'un bon système de règlement des conflits est cruciale pour que les consommateurs vivent une expérience client améliorée. Les institutions financières le savent très bien et vont donc intégrer cet élément dans leurs systèmes. Cependant, il existe une myriade de nouvelles start-ups proposant des solutions de paiement mobile qui ne comprennent pas vraiment l'importance du règlement des conflits et lancent  ainsi sur le marché des produits sans vraiment y réfléchir. »

Outre les problèmes pratiques de traitement auxquels Helgeson fait allusion, la mise en place de normes soulève d'autres questions fondamentales. Par exemple, le marché ne sait toujours pas si une application de paiement mobile devrait exister de façon autonome ou si celle-ci devrait être une simple extension des services de banque mobile déjà fournis par la banque. Tout comme bon nombre de banques et de processeurs, CABEL a une vision très claire de sa stratégie : « Nous souhaitons avant tout placer le client au centre de notre stratégie bancaire, non seulement dans notre slogan, mais également dans la réalité. Nous avons ainsi sélectionné la solution PlainPay, car celle-ci fait partie d'une solution logicielle éprouvée pour la banque multicanale, qui offre à nos clients une expérience continue sur l’ensemble des canaux de distribution. De plus, PlainPay est une solution pouvant évoluer facilement au fur et à mesure que notre connaissances des besoins du marché grandira », déclare Fabio Giuliani, PDG de CABEL.

Tout porte à croire que les m-wallets finiront par atteindre un niveau d'acceptation tel auprès des consommateurs, que les banques et commerçants n'ayant pas adopté cette technologie s'y trouveront contraints. Deux facteurs devraient accélérer cette transformation : l'émergence de normes technologiques et l'émergence de nouveaux modèles commerciaux fondés sur l'innovation et les pressions réglementaires. Étant donné le niveau d'investissement continu en matière de solutions de paiement mobile, les commerçants vont inévitablement tourner leur attention vers ces dernières, que les consommateurs trouveront alors moins étranges.
 

« 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comments are closed.